thumbnail

Lorsque l’on souhaite terminer une activité free-lance, quelle qu’en soit la raison, les démarches administratives à effectuer sont relativement simple. Contrairement à d’autres structures telles que la SARL (Société A Responsabilité Limitée), la gestion même de l’activité de présente de manière très simple. Alors, quels sont les tenants et les aboutissants d’une cessation d’activité pour un auto entrepreneur ? Quelles sont les raisons expliquant cette décision ? Voici quelques pistes.

Ce qu’il faut faire pour réaliser une cessation d’activité d’auto entrepreneur

Si vous êtes free-lance, vous savez déjà qu’il est d’une grande simplicité de créer son auto-entreprise. Il suffit de se connecter au portail des auto-entrepreneurs ou de s’en remettre à une société telle qu’espace-autoentrepreneur.com par exemple. Dans tous les cas, la démarche s’effectue intégralement en ligne et ne nécessite pas le moindre déplacement de votre part.

Il en va strictement de même dans le cas d’une cessation d’activité d’auto entrepreneur ! Tout ce que vous avez à faire, c’est de remplir un formulaire en ligne, ainsi que de déclarer votre dernier chiffre d’affaires. En effet, ce dernier sert de base au calcul de vos cotisations fiscales et sociales, il importe donc de ne pas l’oublier, même si sa valeur est nulle.

Quels sont les atouts de la micro-entreprise ?

Ouvrir une auto-entreprise, c’est bénéficier d’un certain nombre d’avantages pour exercer son activité. En effet, les professionnels free-lances sont exonérés de TVA. Ils ont donc la possibilité de réduire le montant de leurs produits et de leurs services. Par ailleurs, la gestion fiscale d’une micro-entreprise est allégée, car il suffit de tenir à jour un carnet de recettes ainsi qu’un carnet d’achat si vous en effectuez dans le cadre de votre profession.

Par ailleurs, il est possible de cumuler ce statut avec un contrat de salarié ou un poste dans la fonction publique. Cela signifie que vous avez libre champ pour entamer une reconversion professionnelle tout en conserver votre métier, ou exercer une activité secondaire pour compléter vos revenus mensuels. Vous pouvez également profiter pour mettre à l’épreuve un projet d’entrepreneuriat en limitant les risques, et ainsi évaluer sa viabilité de manière concrète.

Notez enfin que les micro-entrepreneurs ont le choix de déclarer leur chiffre d’affaires tous les mois ou par trimestre, en fonction de leurs préférences ou de leurs besoins.

Face à ces avantages, pourquoi vouloir clôturer son auto-entreprise ?

Les avantages multiples de l’auto-entreprise sont une chose, mais les raisons qui poussent à réaliser une cessation d’activité d’auto entrepreneur en sont une autre. Malgré ces avantages en effet, un micro-entrepreneur peut tout simplement atteindre l’âge où il souhaite prendre sa retraite, et donc mettre fin à son activité.

D’autre part, une carrière professionnelle ne cesse d’évoluer au cours d’une vie. C’est pourquoi il est parfaitement possible de décrocher un contrat de salarié ou d’intégrer la fonction publique alors que l’on est déjà micro-entrepreneur. Si les deux statuts ne sont pas incompatibles peuvent se cumuler, le professionnel concerné peut choisir de ne se consacrer qu’à une seule des deux activités, et donc de renoncer à son auto-entreprise.

Un autre cas, celui expliqué par le succès de la société, dépend du seuil de chiffre d’affaires auquel est soumise la micro-entreprise. En effet, les activités de service sont plafonnées à 70 000 euros, tandis que le chiffre d’affaires des activités liées à la revente de marchandise ne peuvent excéder 170 000 euros. Si vous vous rapprochez de ces limites, clôturer votre société individuelle peut s’avérer pertinent afin d’ouvrir une EURL et de s’affranchir de la contrainte en question. Consultez Entreprise-et-compagnie.fr pour en savoir plus sur les différents types d’entreprises.